Archives de Catégorie: La Vilaine

Escale technique

Dans l’embouchure de la Vilaine, des fois, il n’y a que 50cm d’eau. Et ce matin, le coef était de 103.

« T’en penses quoi, je passe, si j’y vais maintenant ? »

« Traine pas. Tu cales combien ? »

« Deux mètres. »

« Traine pas, j’te dis… » L’éclusier n’est pas convaincu. Moi, encore moins. J’le sens pas, ce coup-ci…

Gaz à fond. Et d’un coup, le sondeur s’affole. Il indique 7,28 là ou, une longueur plus tôt il indiquait 1,9. Je n’ai pas étalonné le sondeur. J’espérais un pieds de pilote…

A marée basse, scotchés, on penchait un coup à gauche, un coup a droite. Une bobine de garcette et un plomb de sonde plus tard, j’ai mesuré. 50cm. J’y ai déduit qu’on avait creusé notre souille dans la vase tassée de la sortie de l’Estuaire. J’ai déduit aussi qu’en guise de pied de pilote, il y avait « 0 ». « Null ». « Nib ».

Walou.

« T’en penses quoi, Aglaïa ? On s’arrête au Crouesty ? »

« Ça me va, Le Crouesty. »

« Allez. Demain matin, on file. Et ce soir on prépare la nav. »

« Et on change la pièce du frigo ! »

Le reste, facile. Il y a eu ce petit vent frais qui s’est levé. Dommage, c’était en plein pif. Tout au moteur. Plein gaz, à 7 nœuds. Il y a eu Gin qui a trouvé ses marques en nav sur Roz Avel. Un peu comme nous. Et Aglaïa, quart de veille dans la grisaille du plateau des Mats.

gin nat nat-gin

Il y a eu l’amarrage sportif au catway, entre deux gros culs, avec l’ancre qui a un peu gratté la peinture d’un poteau, au Crouesty. Et il y a eu la réflexion du capitaine.

« La prochaine fois, je te promets. Si je ne le sens pas, je n’y vais pas. On aurait du rester à Trehiguier, sur un corps mort, jusqu’à la renverse. »

« Tinkiett. Il n’y a pas eu de casse. Et on a profité pour ranger le pont, amarrer un peu mieux Little Gu… ça va aller. »

« Oui. Mais moi, si je ne le sens pas, je n’y vais pas. »

Bien à vous, les amis. Nous, on se couche. Demain matin, appareillage pour La Corogne. Pour de vrai.

Publicités