Bonne année, l’ami(e)

T’es venu nous serrer la pince à Locmiquélic, à Port Tudy, à La Trinité, à Arzal ou à La Roche Bernard. Tu nous as fait confiance pour skipper un bateau qu’on ne connaissait pas, tu t’es écrié, guilleret comme un gamin, depuis la jetée de La Trinité « votre cagnard est à l’envers », tu as mis sur Facebook la photo avec la légende « Ils ont osé le faire… ». Tu es venue nous retrouver pour déguster une bouteille de ton meilleur Champomy. Tu nous as invité a déjeuner, à Piriac, à Penestin, ailleurs aussi, et ton amitié nous honore. Tu nous as écrit des messages de sympathie qui tombaient toujours juste. Tu nous as aidé a en sortir d’une histoire sordide d’appartement, tu nous as aidé à en tirer un bon prix, tu nous as hébergé quand on en avait besoin, tu nous as donné un coup de main pour refaire quelques peintures. Tu nous as invité a déjeuner sur l’eau, alors qu’on n’était pas encore partis, sur l’eau. Tu nous as poussé les fesses vers l’avant, quand elles avaient tendance a s’apitoyer sur leur sort, nos fesses…
Et on a avancé…01
Tu nous as soutenu pour un montage financier de malade mental… pour trouver le bateau de notre vie… toi aussi, sa sœur, t’as été à la barre pendant la même manœuvre hasardeuse, nous avons fait escale chez toi dans la ville d’un rose ovale et tu remplissais les verres avec le même « métier » qu’en Corse, le bosco des apéros que t’avais été. Tu nous as vu construire le plus beau des canots, tu nous as fait circuler dans la voiture la plus artistique du monde, t’as été la deuxième maman de notre moussaillon. T’as été sur le pont et dans le carré de Roz Avel, à siroter le Planteur et nous souhaiter bon vent. Tu n’as pas pu monter sur Roz Avel, mais tu viendras un jour, nous en sommes certains. Tu nous as offert un livre, un pavillon, un soliflore… tu nous as fait la bise. 02BTu nous as gardé un régulateur d’allure dans ton garage, un couteau pliant dans ta pelouse, tu nous as fait la surprise de l’année, au milieu d’une file d’attente de l’aéroport de Porto. Tu nous as fait manger des moules avec Prosper. Tu nous as tenu les amarres dans l’écluse, et nous a dit « traîne pas… » ce qui ne nous a pas empêché de passer quelques heures plantés dans la vase de l’embouchure de la Vilaine.
Et on a avancé…

02A
Tu nous as offert un méga Gwenn ha du dans le port de Gijon, mais es passé t’assurer qu’on l’avait bien envoyé dans les haubans, à babord… heureusement qu’on l’avait fait, à babord. Tu as honoré le plat de spaghetti aux sardines. Tu nous as aidé a passer de bons moments à La Coruña, entre le démontage du solénoïde, le « E-sleeve » tombé dans l’eau, la mise en place du Hydrovane et quelques belles séances d’aviron dans le port, à bord de Little Gu. Tu nous as rempli de joie avec ton petit bateau en contreplaqué rempli de petites têtes rouquines comme des gamins d’Irlande, ton skipper au nom prestigieux, ton second plein de chaleur et de charme. Tu as offert un café à un skipper que tu ne connaissais pas, un gars du bateau français mouillé devant la Playa Mayor, c’était dans un bar de Malpica, tu m’as bien fait comprendre que par ici, ça s’appelait la Côte de la Mort. Tu nous a envoyé des messages d’encouragement de Muxia. Tu nous a montré ton superbe catamaran jaune à Sada, t’avais trouvé du gruyère, du bon, du suisse. Tu nous as parlé de la construction de ton superbe bateau vert en bois moulé à Escarabote, tu es venu manger notre cuisine, et tu nous as fait découvrir le « licor de leite ». Tu as partagé nos lasagnes à Muros, tu nous as invité boire une bière a bord de ta jonque, tu nous a prévenu, dans le mouillage d’Abelleira « faites gaffe, en sortant, ne serrez pas de trop près les viveiros, là-bas, il y a des cailloux », et ça nous a bien aidé.
Et on a avancé…

03
Tu as navigué de conserve avec nous dans la Ria de Arousa, nous avons partagé quelques apéros sous le taud de soleil, tu nous as fait des « pimientos de Padron », tu nous as offert un livre qu’on doit, à notre tour, offrir à des marins de passage. Tu nous as aidé a sortir l’ancre et la chaîne de son amas de rochers, tu nous as pris les amarres lorsque nous sommes arrivés au ponton de Nautico Barrana, dégoûtés de notre mésaventure. Tu nous as appris a faire des empanadillas. Tu nous as appris a poser un trémail. T’as partagé avec nous une malheureuse araignée dans laquelle il n’y avait pas grand chose a manger. Tu nous as accompagné sur les crêtes de Rio Pedras, a se baigner dans les piscines naturelles. Tu nous as pris en photo sous voiles, devant les Islas Ons. OLYMPUS DIGITAL CAMERATu nous as encouragé à mouiller sous le vent de la digue, à Combarro. Tu nous as montré tes aquarelles, t’as parlé peinture avec le capitaine et on a admiré la tenue et maîtrise de l’équipage… Tu nous as servi une cana dans ta taperia au nom de notre bateau. Tu nous as parlé de ta vie à Paris, cuisinière de « messié Pompidou, bou sabez, le ministre… ». Tu nous as raconté tes misères, ta carte bleue, les drogués du Porto Deportivo, et patati et patata.
Et on a avancé…

04B
Tu nous as rendu visite avec ton pneumatique et fait pudiquement demi-tour lorsqu’en face de la plage de nudistes l’armatrice tentait de bronzer ses nichons. Tu nous as accompagné a crapahuter sur le Monte Facho, a contempler le Cabo de Home et a se poser des questions sur le Castro… c’était ou, les toilettes ? Tu nous as rassuré lorsqu’on a éclaté Little Gu dans l’hélice de Perkie, tu nous as embarqué de force a faire la fête à San Pedro, tu nous as sauvé la mise, avec ton annexe, lorsque sans hélice, sous voiles et sans vent, on a du prendre le ponton du Club Nautico de Rodeira. Tu nous as prêté une clé a bougies, donné les coordonnées d’un fabricant d’hélices et ça a été le début d’une agréable amitié. Tu nous as poussé jusqu’à la darse du chantier, tu nous as acheté des aquarelles pour nous aider a payer notre hélice, tu nous as juste aidé a payer notre hélice, en inventant des prétextes, sans rien inventer du tout, tu nous as encore une fois poussé a aller de l’avant.

05
Et on a avancé…
Tu nous as reçu comme des amis dans le port, les installations, les hangars. Tu nous a réparé le moteur, changé l’arbre d’hélice, invité au resto, emmené à la gare routière, t’as été le plus sympa des mécanos. Tu nous as poncé « miroir » la coque du bateau, tu as toujours trouvé un mot sympa a dire, même si des fois, c’était en gallego, tu nous as convaincu a aller dessiner le « Cruceiro de Hio ». Tu as aimé nos aquarelles, tu nous as fait l’amitié de nous en acheter quelques unes. Tu nous as fait manger le plus extraordinaire plateau de « mariscos » de notre vie, tu nous as servi un plat de « chipirons de la Ria » comme nul autre pareil, même si chez toi, ça porte un nom portugais. Tu es venue nous interviewer à bord, avec ton photographe, et t’as flippé quand au ponton, par 35 nœuds en rafales, le bateau prenait de la gîte. Ton article nous a plu. Tu nous as ému, avec ton sourire a toute épreuve, ton bébé a naître, ta disponibilité. Tu nous as aidé. Et on a avancé…

06
Tu nous as poussé a préparer une expo. Tu nous as trouvé une super salle. Tu nous as donné un coup de main monumental pour tout ce qui devait être fait. Tu nous as reçu dans notre maison, les larmes aux yeux. Tu as couru partout avec moi. Tu as passé du temps a papoter avec moi, t’as donné un sacré coup de main, a cuisiner des « empanadillas » la nuit. T’as collé des affiches. T’es venu nous voir, au vernissage. Tu es venue depuis le bout du pays pour nous voir. Toi aussi, tu es venu depuis l’autre bout du pays pour nous voir. Vous, amoureux des bateaux, pas forcement des aquarelles, vous êtes venus depuis différents bouts de pays pour nous voir. Tu as tenu un discours formidable. Tu as lancé des idées formidables. Tu m’as invité dans ton émission de télé, formidable. Tu m’as parlé de ta passion pour les bateaux, du bateau de ton ami, de son histoire, de ses succès en course. Tu m’as permis de construire des projets. Tu m’as donne de la place, sur ton blog, pour publier mes élucubrations. Tu nous as écrit des choses merveilleuses. Tu nous as donné envie de faire des choses merveilleuses. Tu as rêvé avec moi d’un projet merveilleux, qu’on fera ensemble, un jour. Tu as aimé mes aquarelles, toi qui en fais de si belles.
Et on a avancé…

07
Tu as fait un bout de chemin avec nous. Tu as refait un bout de chemin avec nous, on a adoré ça… Tu as pris des choses en main, des choses qui commençaient a tourner mal. Tu nous a reçus dans ta belle maison, tu nous as servi un Floc, tu nous as servi un coup de blanc, tu nous as servi du magret, de l’Armagnac, tu nous as servi de l’amitié dans des grosses chopes… Tu nous as inquiétés, tu nous as attristés, tu nous as accompagné, tu nous as attendus, tu nous as vus repartir.
Et on a encore avancé. D’un cran. De 13 à 14.

08Voeux
Nous te tutoyons, l’ami(e). Nous t’avons peut-être oublié quelque part, dans un port. Nous ne t’avons sûrement pas oublié puisque tu restes pour toujours dans notre cœur. Maintenant tu fais partie de l’équipage de Roz Avel.
Merci d’avoir été là, en 2013. Sois heureux, soyons heureux, avançons d’un cran.
Pour le cran suivant, rendez-vous en 2015. Nous avancerons encore de quelques milliers de miles. Ensemble. Bonne année, l’ami(e)

Publicités

À propos de Gu sur Roz Avel

Skipper of Roz Avel, a Kelly Peterson 44 cutter, built in Taiwan for Jack Kelly from San Diego, on a Douglas Peterson design. Sailing around the world without deadline or precise destination. Been in Galicia, Portuguese coast, Algarve, Andalucia. Waiting to put at sea again, she spends a tranquil winter in Saïdia, Oriental Morocco

Publié le 10 janvier 2014, dans amis, Espagne, Galice, Roz Avel, voyages. Bookmarquez ce permalien. 7 Commentaires.

  1. C’est très beau, ça …

  2. Да здравствует Роз Авел, мой друг!

  3. Jacques Kottenhoff

    Bravo!Je réciproque ces voeux magnifiques et vous souhaite beaucoup d’aventures magnifiques.
    Jacques « le belge »

  4. Bonne année les Gu ! Je ne réagis pas toujours, je ne suis pas souvent « là », mais sachez que cette aventure par procuration est très précieuse… une vraie fenêtre sur le grand air. Voyage immobile peut-être en ce qui me concerne, mais « on a avancé » avec vous. Bravo et merci pour ça !

    • Bonne année Alexandre et merci. Nous non plus on n’est pas tellement presents sur « ulule » mais on suit vos aventures de loin. Ca aussi c’est une aventure formidable, keep on going. On a rangé votre pavillon pour l’hiver, il commençait à s’effilocher, mais dès qu’on repart, il prendra à nouveau sa place dans les haubans babord. Comme ça, votre voyage n’est pas 100% immobile. Bien à toi, bien à toute votre équipe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :