Viveiro, en Galice. La ria, les gens.

Nous changeons Gijón, ses façades colorées, son château en pierre, son Puerto Deportivo ou nous sommes en terre connue, pour la terre celte de la Galice. Première escale, un peu forcée par la fatigue d’une mer dure et d’une nuit sans sommeil. Au milieu de la journée nous embouquons le chenal de la Ria de Viveiro, dans les Rias Altas. Les Baixas, on verra plus tard.

Les maisons ont presque toutes les registres au delà du rez de chaussée tapissées d’étranges vérandas, bow-windows généralisés qui habillent les façades et abritent les habitants des vents salés de la Cantabrique. Porte de Charles Quint ouvrant sur le pont en pierre qui enjambe le fond de la ria. Le roman et le baroque cohabitent comme souvent en Espagne.

Bruine toute bretonne et brouillard a couper au couteau. Derrière les sommets qui ferment la ria on sent le soleil pointer. Balade en ville. Marché coloré et amusant sur le thème de la Renaissance. Herboristes, marchands de grillades, de fromage, tailleur de pierre, tavernes sur la place centrale de la vieille ville. Ambiance.

Plan d’eau abrité tout fait pour l’aviron, je me dis… et une heure plus tard, une yole avec quatre rameurs et leur barreur se lance sur les flots. Le thonier qu’on croisera le lendemain en sortie de ria est à quai. Les goélands prennent la place des pigeons sur les murs de la ville. Plage. Dunes. Gin s’éclate dans le sable fin. Aglaïa se gave d’un hot-dog galicien, sorte de pain rond fourré d’un chorizo a cuire et d’une sauce rouge et épicée (le gras du chorizo, peut-être, tout dégoulinant, parfait pour le cholestérol). Une tortilla de patatas avec le même genre de chorizo. Et le « GADIS » local qui, à mon grand étonnement, ne propose que du « Sidra natural de Asturias », moi qui croyais que le cidre, ça n’allait qu’avec le « celtic spirit »… Et non, le « Sidra » n’est pas galicien, mais vient des Asturies. Une fois qu’on a parsemé la tortilla de copeaux de piment doux séché, le « sidra » s’y accommode à merveille.

Demain, nous autres et Roz Avel on reprend la mer. On ira dire « Holà ! » à un nouvel ami – Cabo Ortegal. Il est censé nous attendre avec 25-30 nœuds de nordet.

Bien à vous,

El Capitàn 🙂

Publicités

À propos de Gu sur Roz Avel

Skipper of Roz Avel, a Kelly Peterson 44 cutter, built in Taiwan for Jack Kelly from San Diego, on a Douglas Peterson design. Sailing around the world without deadline or precise destination. Been in Galicia, Portuguese coast, Algarve, Andalucia. Waiting to put at sea again, she spends a tranquil winter in Saïdia, Oriental Morocco

Publié le 13 juillet 2013, dans Architecture, bateaux, Espagne, Galice, Roz Avel, traditions locales, voile, voyages. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Kotenhoff,Jacques

    On aimerais avoir une carte de la nav.Bon vent.
    Jacques »le belge »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :